communiqué du SNFOLC17 du 4 juillet 2016 quant à la mobilisation des enseignants au Mexique

, par udfo17

Les enseignants mexicains avec leurs organisations se mobilisent pour l’abrogation d’une loi de privatisation de l’enseignement. Des milliers d’entre eux ont déjà été licenciés.

Face à cette mobilisation qui dure depuis des mois, le gouvernement du Mexique a répondu par la répression et le massacre. En effet c’est avec horreur que nous avons pris connaissance que le dimanche 19 juin les policiers fédéraux et de l’État Oaxaca ont tiré contre les enseignants de la section 22 de la CNTE et contre les paysans indigènes et les parents dans plusieurs localités de l’État de Oaxaca, en particulier en Nochixtlan. Les estimations font état de neuf à treize camarades tués, et de dizaines de disparus. Et la police a bloqué l’accès aux hôpitaux publics pour que les blessés n’aient pas d’accès aux soins. Plusieurs dirigeants de la CNTE, comme Nuñez, Villalobos et Madrigal sont incarcérés.

Nous appelons toutes les organisations ouvrières et démocratiques à faire connaître la mobilisation des enseignants mexicains, à organiser la solidarité avec leur lutte, à protester énergiquement auprès de leur gouvernement, et auprès des ambassades du Mexique.

Halte aux assassinats, pour que les responsables de ce massacre soient poursuivis et châtiés ! Libération immédiate des emprisonnés !

Nous vous invitons à copier/coller le texte du communiqué du SNFOLC17 ci-dessus, et à l’adresser dans un courriel

au président de la république du Mexique : enrique.penanieto@presidencia.gob.mx

à l’ambassade du Mexique en France : embfrancia@sre.gob.mx

à l’ambassade de France au Mexique : presse.mexico-amba@diplomatie.gouv.fr

ainsi qu’aux enseignants organisés contre la loi de privatisation de l’enseignement : unidad.contra.evaluacion@gmail.com

—  la lettre du SNFOLC17 au président de la république du Mexique :

—  le bulletin de travailleurs mexicains correspondants de l’EIT, qui dénoncent les violences et les assassinats qui ont eu lieu dans l’État de Oaxaca contre la CNTE (coordination nationale des travailleurs de l’éducation) et contre les paysans indigènes :